Quantcast

Essonne : des moyens en assistance éducative (AED) loin d’être à la hauteur des besoins !

samedi 25 juin 2016
par  Snes S2 Essonne

Le dernier CTSD de l’année s’est tenu le 24 juin, avec notamment la question de la répartition des moyens en assistance éducative (AED, assistant pédagogique) à l’ordre du jour.

Le département se voit doter de 4 emplois d’AED supplémentaires. Très insuffisant quand on connait l’importance des vies scolaires dans le climat scolaire d’un établissement, mais aussi quand on met en rapport ce chiffre avec l’augmentation des effectifs dans l’Essonne. Qu’elles sont loin les promesses ministérielles de stabiliser et renforcer les vies scolaires !

Par un effet d’aubaine inattendu, la DSDEN parvient aussi à dégager 10 emplois supplémentaires, ce qui porte à 14 emplois la dotation en AED du département.

Lors du groupe de travail, les élus SNES-FSU sont intervenus sur un grand nombre de situation, à partir des informations données par les sections locales dans les établissements. Si certains établissements ont vu leur dotation augmenter suite à ce groupe de travail, d’autres situations n’ont pu évoluer, en raison de la faiblesse des moyens. De nouveaux ajustements devraient être faits en septembre.

 Détail de la répartition des moyens, établissement par établissement dans les documents ci-dessous

Dotation AED collèges
Dotation AED lycées

 Extraits de la déclaration préalable de la FSU91

Passons aux moyens en assistance éducative dans le second degré. En décembre dernier, la Ministre annonçait la création de 2150 emplois d’AED pour renforcer les vies scolaires, mais encore une fois l’effet d’annonce l’a emporté sur les besoins, pourtant criants, du terrain. En réalité, 1000 emplois d’AED sont créés et les 1150 restants, destinés avant tout à l’Éducation Prioritaire, ne sont que le résultat de redéploiements. Et le tour de passe-passe ne s’arrête pas là ! Sur les 1000 créations d’emplois d’AED au niveau national, l’académie de Versailles, la plus grande académie de France, qui connaît une importante poussée démographique avec 5033 élèves de plus, n’en obtient que 15. Comment prétendre alors que les vies scolaires font l’objet d’une attention particulière, afin de stabiliser le climat scolaire ?
L’Essonne n’échappe pas à cet exercice : notre département se voit doter de 4 emplois d’AED à partir de la dotation académique et c’est finalement par un effet d’aubaine inattendu que ces moyens augmentent, en raison de la reconversion d’emplois d’AESH en emplois d’AED.

Au final, 14 emplois d’AED pour notre département, c’est insuffisant au regard de la poussée démographique, comme en attestent les soldes de créations et suppressions pour le moins dérisoires : +4,5 ETP en collège pour 326 élèves de plus, +5,5 ETP en lycée pour 684 élèves supplémentaires. Des établissements sont encore notoirement sous-dotés comme en attestent les nombreuses situations que nous avons portées à votre connaissance lors du groupe de travail.

Cette insuffisance pour les vies scolaires de notre département se voit aussi dans les annonces pour les services civiques. Censé permettre un engagement citoyen de la jeunesse, ce dispositif apparaît surtout comme une tentative pour camoufler les impasses de la politique d’austérité menée depuis 5 ans. Plutôt que de créer des emplois statutaires, correspondant à des missions définies, le gouvernement opte pour la création d’emplois précaires et mal payés qui lui permettent de disposer d’une main d’œuvre à un prix imbattable (88 centimes d’euro de l’heure), comparable à celui de certains pays en voie de développement.

Mais la lecture des missions dévolues à certains futurs volontaires révèle leur vraie nature : surveiller la cour, suivre les absences, aider à l’orientation et prévenir le décrochage scolaire, autant de missions qui doivent être assurées par des personnels qualifiés et reconnus (AED, CO-psy) mais qui ne le sont plus faute de moyens, comme le dévoilent certains chefs d’établissements dans le libellé de leurs annonces (ainsi, au collège de Crosne, l’annonce précise que « le climat serein, propice aux apprentissages […] n’est pas réalisable avec notre dotation en vie scolaire »).

Plus d’information sur les services civiques et leur dévoiement : http://www.versailles.snes.edu/spip...

Les élus FSU91 au CTSD
Jean-Baptiste Hutasse, Laurence Molinari, Eric Olivero (SNEP), Valérie Ruiz et Sophie Vénétitay


Documents joints

PDF - 27.9 ko