Réforme du collège et nouveaux emplois du temps : une usine à gaz, des disciplines malmenées, des conditions de travail dégradées, des élèves perdus !

mardi 17 novembre 2015
par  Snes S3 MRP

A tous les échelons de l’Administration, les projections de mise en place de la réforme se multiplient et, sans surprise, elles accréditent les analyses développées par le SNES-FSU depuis plusieurs mois : diminution des horaires disciplinaires, EPI et AP qui tourne à l’usine à gaz, et augmentation de la charge de travail des professeurs

 Un exemple parlant d’emploi du temps élève

  • La diminution des horaires disciplinaires saute aux yeux : 50 mn de SVT, 3h de français car une partie des heures de français sert à l’AP.
  • La semestrialisation de l’emploi du temps facteur de confusion et de complexité pour les élèves, et d’une perte de la continuité des apprentissages (éducation musicale et arts plastiques qui ne sont plus enseignés que sur un semestre).
  • Pas de demi-groupes en LV ou en sciences expérimentales : les SVT et la physique-chimie se déroulent en classe entière, comment manipuler à 30 par classe ?!
  • AP au 2e semestre : 1h avec le professeur de français en semaine A, 1h avec le professeur de maths en semaine B, soit 1h d’AP par semaine. Si les professeurs décident de personnaliser et de faire des groupes d’élèves, ceux qui ne sont pas dans le groupe concerné n’auront pas, par exemple AP avec le professeur de français en semaine A. Ils n’auront donc plus que 3h de français dans la semaine, ou 2h de mathématique en semaine B.

 Un exemple parlant d’emploi du temps professeur par la DGESCO
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Suivant les recommandations de la circulaire du 30/06/2015, les EPI et l’AP sont trimestrialisés (d’où le T1, T2, T3 dans la colonne de gauche).

L’emploi du temps se lit ainsi : le lundi, de 8h à 9h, au 1er et au 2e trimestre, le professeur concerné (certainement d’arts plastiques) n’a pas cours. En revanche, il commence à 8h au 3e trimestre avec deux EPI.

De 10h15 à 11h15, le lundi, au 1er trimestre, il a la 5D, au 2e trimestre un EPI, au 3e trimestre, de nouveau la 5eme D.

Cet emploi du temps montre que la réforme va engendrer une charge de travail accrue des enseignants, d’autant plus qu’aucun temps de concertation n’est prévu. Il montre aussi toute la complexité de la réforme, transformant l’organisation du temps scolaire et professionnel en véritable usine à gaz.


Documents joints

PDF - 25.3 ko