Quantcast

Stage STI et STL du 14 février 2008

jeudi 3 janvier 2008
par  Secteur lycées

Quel avenir pour les STI, les STL et la voie Technologique ? mardi 14 février (9h30-17h)

La reforme STI programmée se fait toujours attendre, et semble abandonnée, elle proposerait encore trop de filières de formation.....La reforme des STL n’est pas elle à l’ordre du jour.

Le ministre se pose également la question de l’utilité d’une voie technologique entre la voie professionnelle et la voie générale.

Pendant ce temps la situation s’aggrave dans les établissements. Faute de recrutement suffisant des sections sont fermées ou en voie d’extinction . Les enseignants de spécialité sont sans postes et des reconversions de disciplines sont proposées. Nous ne pouvons accepter de rester sans réagir.
Nous sommes convaincus de l’utilité de nos filières qui permet a de nombreux jeunes de parvenir au bac et de poursuivre vers un BTS ou un DUT contribuant ainsi à la nécessaire élévation du niveau de qualification.

N’oubliez pas de vous inscrire rapidement la date limite de demande étant un mois avant soit le 14 janvier : voir la lettre type de demande ci-dessous. Ce stage se déroulera au SNES à Arcueil, 3 rue Guy de Gouyon du Verger 94112 Arcueil (station RER B Arcueil Cachan) voir plan d’accès sur notre site : www.versailles.snes.edu merci de confirmer auprès de secteurlycee@versailles.snes.edu )

LA VOIE TECHNOLOGIQUE CONDAMNEE ?

Dans le cadre de l’attaque globale contre le lycée la voie technologique est-elle particulièrement menacée. ? Aujourd’hui les bacs technologiques représentent plus de 1/3 des candidats au bacs généraux et technologiques, au niveau national, 32% sur Versailles

Alors que ces bacs sont une voie de réussite permettant à nombre de jeunes de parvenir au bac et à poursuivre vers l’enseignement supérieur, essentiellement BTS et DUT avec succès, et de contribuer ainsi à la nécessaire élévation du niveau de qualification, prônée par tous les acteurs politiques et économiques et réaffirmé dans le plan régional des formations. Il semble qu’au nom de la chasse au poste de fonctionnaires, les filières technologiques et particulièrement les STI soient considérées comme un gisement de postes à supprimer .Dès la rentrée, Xavier Darcos se posait la question de l’utilité d’une voie technologique entre la voie professionnelle et la voie générale.
Depuis, nous ne pouvons que constater la mise en panne de la reforme des STI et des STL.
Le ministère la considère encore trop illisible et offrant trop de formations et souhaite transformer tous les bacs technologiques plus spécialisés en Bac professionnels.
Dans le même temps, il préconise la transformation de la filière professionnelle : du bac pro en 4 ans, (2 ans BEP+ 2 ans bac pro) il veut imposer un bac pro 3ans supprimant du même coup le BEP en tant que palier et mettant en péril les bacs technologiques. Un rapport de l’Inspection Générale a pourtant démontré le danger de ce bac pro 3ans.
Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater les difficultés des jeunes sortant de bac pro à réussir en BTS, contrairement a ceux sortant de la voie technologique. LA finalité du diplôme n’étant pas la même, les contenus et la pédagogie sont eux mêmes différents. Les élèves actuellement en bac techno ne recevront pas la même formation en bac pro, ou alors le contenu lui même du bac pro sera modifié . Dans ce contexte, on ne peut pas ne pas se poser la question des jeunes qui réussissent actuellement en bac pro et de leur avenir. Allons- nous par cette réforme alimenter encore plus les sorties sans qualification ? et que va t’on proposer aux élèves de 3e qui n’ont pas le niveau d’entrée en seconde générale ou technologique ? L’apprentissage ??

Il est nécessaire que syndicalement nous intervenions dans le débat. Si nous sommes conscients des difficultés de recrutement, nous ne pouvons accepter la casse de filières entières qui ont fait la preuve de la réussite et qui ont participé à a démocratisation d’accès au baccalauréat au nom du « moins d’Etat » et de la chasse aux fonctionnaires. Nous devons intervenir à tous les niveaux, auprès des jeunes, des parents mais aussi auprès des acteurs économiques et politiques pour faire entendre nos arguments.
Il est nécessaire que les enseignants de la voie technologique, le SNES , et la FSU se mobilisent pour sauver un outil de réussite qui permet l’insertion professionnelle et sociale des jeunes.


(---------------------- COUPON-REPONSE ----------------------------(---------------

complétez et renvoyer au SNES
ou par mail : secteurlycee@versailles.snes.edu

NOM : Prénom :

Discipline :

Etablissement :

tél. dom. : /__/__/__/ __/ Port. : /__/ _/ _/__/ E-mail : ________________

participera au stage du : .....


(---------------------- ----------demande autorisation absence ------------------------------------------

- Demande d’autorisation d’absence, à déposer auprès de votre chef d’établissement, au plus tard : un mois avant soit le 14 janvier 2008 pour le premier stage.

NOM : ............
Prénom :...
.
Grade et fonction : ............
Etablissement : ............
A Monsieur le Recteur de l’Académie de Versailles :............
.
S/C de M. : ............
(1)

Conformément aux dispositions de la loi n° 84-16 du 11 /1/1984 (art.34, alinéa 7) portant statut général des fonctionnaires, de la loi n° 82/997 du 13/11/1982 relative aux agents non titulaires de l’Etat, définissant l’attribution de congés pour la formation syndicale avec maintien intégral du salaire, j’ai l’honneur de solliciter un congé le ........ pour participer à un stage de formation syndicale.
Je sollicite une autorisation d’absence pour le .............. (2)
Ce stage se déroulera à Arcueil
Il est organisé par le secrétariat national su SNES sous l’égide de l’I.R.H.S.E.S., organisme agréé, figurant sur la liste des centres dont les stages ou sessions ouvrent droit aux congés pour la formation syndicale (arrêté du 2/2/ 95 publié au JO du 10/2/95).

A............
. le............
signature :

Nom et fonction du chef d’établissement : cette demande devant parvenir par la voie hiérarchique