Quantcast

[91] Les Ulis : Lycée L’Essouriau. Des conditions de rentrée inacceptables !

samedi 7 septembre 2019
par  Snes S2 Essonne

Des services modifiés pendant l’été sans l’accord des équipes, des emplois du temps catastrophiques, des aberrations pédagogiques. Les collègues du lycée L’Essouriau ont pris la mesure des dégâts causés par le nouveau lycée Blanquer.
Jusqu’à la veille de la reprise des cours, aucun dialogue constructif n’est possible avec la direction du lycée qui refuse de répondre aux alertes lancées par certaines équipes, soutenues par leurs représentants.
Jeudi 5 Septembre, les équipes de mathématiques, physique-chimie et SVT, rejointes par des professeurs solidaires du mouvement, décident de ne pas prendre leurs élèves et demandent un déblocage de la situation.

Les 11 spécialités offertes aux élèves et les dédoublements de certaines heures de spécialités pour permettre un meilleur suivi en petits groupes se sont révélés comme autant de contraintes que la direction n’a pas réussi à combiner.
Ainsi, on demandait à un professeur de venir enseigner à des demi-groupes alors qu’un autre professeur était responsable du cours en classe entière. S’ajoutaient des incompatibilités matérielles pour les collègues de SVT et physique-chimie, qui rendaient impossibles la tenue des travaux pratiques.
C’est bien le nouveau lycée Blanquer qui est à l’origine de cette dégradation des conditions de travail : dans chaque groupe de spécialité, on retrouve en effet des élèves issus des 7 classes de première générale ; toutes les combinaisons de matières sont présentes dans toutes les classes, ce qui génère des alignements horaires très contraignants et aberrants. On compte donc entre 14 et 20 professeurs par classe ce qui suscite beaucoup d’inquiétudes sur le suivi pédagogique des élèves et le rôle du professeur principal, réduit à n’être qu’un agent administratif n’ayant plus de réelle visibilité sur un groupe classe éparpillé.
Le jeudi 5 septembre, à 8h30, une partie des collègues refuse de monter en classe. Un courrier explicatif est rédigé à l’attention de la direction académique : les professeurs mobilisés réclament une amélioration de la situation. A 12h, la direction annonce aux équipes avoir trouvé une solution.
Le rapport de force semblait inévitable. Au terme de cette journée de tensions, la direction a assuré de sa pleine confiance les représentants syndicaux et a reconnu s’en remettre à eux pour les futures négociations et moments de concertation à mener dans l’année auprès des équipes.