Stagiaires, tuteurs, titulaires, élèves ne paieront pas la note des suppressions d’emplois de stagiaires !

C’est l’heure de l’expression et de l’action collective pour refuser le saccage organisé de nos conditions d’exercice et d’affectation et de la réussite de jeunes.
mardi 30 mars 2010
par  Snes S3 MRP

 Imposons d’autres choix pour la défense et l’avenir des élèves et de nos métiers !

4 pages spéciale en ligne : formation massacrée, élèves méprisés, service et métiers bafoués, mutations en danger, NON !

Dans tous les établissements, le SNES, le SNEP et le SNUEP appellent les collègues à s’opposer massivement à la dégradation des conditions de stage des futurs lauréats de concours, d’exercice et d’affectation de l’ensemble de la profession et d’étude des élèves qui résultent de l’application forcenée de la réforme de la formation des maîtres et de la suppression des emplois de stagiaires.

  • en organisant des heures d’information syndicales autour des conséquences ravageuses de la réforme de la formation des maîtres
  • en impulsant le refus collectif des missions de tutorat des stagiaires pour exiger l’amélioration des conditions de stages (décharge de service, véritable formation...)

Des stagiaires jetés dans le bain du temps complet pour compenser la pénurie de personnels

Au nom du dogme de la réduction du nombre de fonctionnaires, le gouvernement a supprimé au budget 2010 les 5600 emplois de stagiaires du 2nd degré. Les futurs lauréats de concours sont désormais assimilés à des moyens d’enseignements à part entière et seront jetés dans le bain du temps complet, sans aucune formation digne de ce nom, pour compenser la pénurie de personnels.


Des stagiaires à qui le Ministre et le Recteur imposent un 4/3 temps

Le temps dévolu à leur formation fixé à un tiers de leur obligation de service s’ajoutera au temps de travail sous la forme d’une demi journée dans leur emploi du temps. Notre profession devient ainsi la seule où la formation s’effectue en sus du temps de travail et non sur le temps de travail. Attaque sans précédent sur nos conditions de service avec l’imposition d’un 4/3 temps et d’une charge de travail intenable pour les stagiaires, la réforme Chatel de la formation de maîtres et la politique d’étranglement budgétaire du système éducatif va placer les futurs lauréats dans une situation insupportable, générer de la souffrance professionnelle avec le risque de faire renoncer nos nouveaux collègues au métier qu’ils ont choisi.

Une remise en cause du droit au poste et à la mobilité pour l’ensemble des personnels

Pour nommer les stagiaires sur des services pleins, sur consigne du Ministère, le Rectorat est en train de procéder au blocage de plusieurs centaines de postes au mouvement intra. C’est une atteinte d’une gravité inouie au droit au poste et à la mobilité de l’ensemble de la profession. Dans un mouvement déjà entravé par les saignées de poste des années précédentes, un nouveau recul du taux de satisfaction des voeux se prépare, la garantie de réaffectation sur le poste vacant le plus proche en cas de mesure de carte scolaire est clairement menacée, les affectations sur zone de remplacement ou sur des compléments de service, faute de postes définitifs, vont connaître un nouvel essor, touchant en premier lieu les plus jeunes collègues...

Compagnonnage ou chemin de croix ?

Les tuteurs, dans le cadre d’une formation réduite à un compagnonnage faite de bric et de broc, devront accompagner dans sa prise de fonction les stagiaires. Sans décharge de service ni pour les tuteurs ni pour les stagiaires, des plages communes doivent être inscrites dans leurs emplois du temps pour permettre des observations croisées dans leurs cours respectifs à hauteur de deux heures par semaine, ce qui débouchera sur un allongement du temps de présence et des une répartition des services en gruyère sur la journée et la semaine.

96 000 élèves concernés dans l’académie de Versailles

Les conditions de stage réservés aux futurs lauréats de concours auront un impact considérable sur le fonctionnement des établissements et la réussite des élèves. 800 stagiaires affectés à temps plein, cela représente près de 3200 classes, soit près de 96 000 élèves qui seront confrontés à des enseignants devant apprendre sur le tas le métier tout en trouvant le temps de se former et de faire cours. Ce sont 96 000 élèves qui devront changer d’enseignants, si le Rectorat trouve des personnels pour les remplacer, durant leur période de formation groupée durant deux semaines.

 Pour les stagiaires, pour la profession, pour les élèves, exigeons :

  • le rétablissement des emplois de stagiaires supprimés au budget 2010
  • le retrait de l’actuelle réforme de la formation des maîtres
  • l’affectation des futurs lauréats de concours sur des quotités n’excédant pas un tiers du service pour permettre une véritable formation alternant théorie et pratique
  • la mise au mouvement de l’ensemble des postes vacants afin qu’ils soient pourvus par des personnels titulaires pleinement formés

Faisons entendre la voix de la profession en signant et faisant signer la pétition, en refusant collectivement les fonctions de tuteur !

Pétition à retourner à la section académique du SNES Versailles.


Documents joints

pétition stagiaires, titulaires, élèves ne (...)
PDF - 240 ko
affiche 19 mai