Quantcast

Pandémie grippale : vigilance sans affolement !

CHSD du 14 septembre 2009
mercredi 23 septembre 2009
par  Snes S2 Yvelines

Le Comité Hygiène et Sécurité Départemental s’est réuni à notre demande le 14 septembre 2009, sur le seul point de la pandémie grippale.

Les médecins conseils du Rectorat et de l’Inspection Académique ont répondu clairement à nos interrogations, dans la mesure des connaissances actuelles sur la pandémie.

Situation au 14 septembre.

Nous avons eu un état des lieux des cas de syndromes grippaux recensés au 14/09 : plus de 200 cas et une classe fermée. Mais les médecins ont souligné la propagation très rapide du virus et l’augmentation importante du nombre de cas. Nous savons d’ailleurs que depuis lundi, de nouvelles classes ont été fermées ainsi qu’un collège.
L’IA recense les cas de grippe sans forcément que ce soit des cas avérés de grippe A(H1,N1), la recherche du virus n’étant systématique qu’en cas de cas groupés.

Mesures mises en œuvre.

La fermeture des classes a pour objectif de freiner la propagation (les enfants de 2 à 18 ans étant les principaux vecteurs du virus) afin de préserver les personnes à risques jusqu’à l’arrivée du vaccin, mi-octobre. Cela permet aussi d’éviter la concentration des cas sur une courte période avec l’engorgement des services de santé qui en découlerait.

Il est donc impératif d’oublier nos « mauvaises ( ?) » habitudes, qui consistent à se rendre au travail même fiévreux et en toussant, sous prétexte qu’on a une réunion importante, une sortie d’élèves prévue, un contrôle, ou autre… C’est d’ailleurs bien la première fois que nos hautes instances hiérarchiques reconnaissent à ce point que l’on a tort d’aller travailler même malades ! Cela étant, vous devrez quand même fournir un certificat médical.

Les élèves présentant des symptômes grippaux manifestes et apparaissant durant la journée sont écartés de la classe dans l’attente de leur prise en charge par la famille (Attention, cependant, à ne pas laisser un enfant isolé sans surveillance) et d’un avis médical.
Les élèves présentant des syndromes grippaux avérés ne peuvent revenir en classe qu’au bout de 7 jours. En revanche, aucune mesure d’exclusion n’est prévue pour le reste de la famille, notamment les frères et sœurs, sauf cas de fragilité.

Les mesures d’hygiène préventives doivent être impérativement mises en œuvre dans tous les établissements et dans tous les services : distributeurs de savons liquides et papiers à usage unique pour le séchage des mains, achat de poubelles fermées et de masques chirurgicaux pour les personnes qui présenteraient des symptômes sur le lieu de travail.

Si les collectivités locales rechignent à ces dépenses, les écoles doivent prévenir les IEN, qui alerteront les sous-préfets.
Les élèves et personnels doivent être formés aux gestes barrière, et au respect des consignes et du matériel, ce qui va mettre immanquablement en lumière le manque de personnel de santé dans l’Education Nationale. Dans les établissements, la meilleure des préventions est d’aérer systématiquement les locaux à chaque mouvement d’élèves.

Prévention vers les groupes à risque.

Il faut apporter une attention particulière à trois groupes à risques : les femmes enceintes, les élèves faisant l’objet d’un PAI, l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois. Ces personnes seront prioritaires pour la vaccination, qui sera organisée dans les établissements du 2nd degré et dans une école par secteur.

Situation particulière des collègues enceintes.

Les collègues enceintes devront se faire connaître auprès du médecin de l’IA, Mme Combes : 01 39 23 61 27. Elles bénéficieront d’une « inaptitude temporaire à l’enseignement présentiel » depuis le début du 3° trimestre de grossesse jusqu’au démarrage du congé pathologique précédent le congé maternité, qui ne pourra pas être reporté en congé post-natal. En résumé, elles ne pourront plus se rendre dans les établissements dès le début du 7° mois. L’administration étudie avec la MGEN les modalités de cet arrêt pour qu’il n’ait pas de répercussions au niveau salaires et droits à congé. La circulaire est en attente. La vaccination sera proposée dès le début du 2° trimestre de grossesse, elle restera facultative, et cette décision n’influencera pas la décision d’arrêt temporaire, qui lui, sera obligatoire.

Les élèves bénéficiant d’un PAI, pourront, selon leur pathologie, être invités à rester chez eux. Il faudra alors prévoir pour eux une « continuité pédagogique » (travail personnel à la maison, photocopies, lien par internet…).

Conclusion temporaire.

L’administration a souhaité une information transparente dans les établissements, publics et privés. Les collègues ont reçu des résumés du BO du 27/08/09, les parents sont informés par plaquette. Des réunions de directeurs et IEN ont eu lieu, également avec les préfectures et les mairies. L’administration prendra également en compte les situations d’angoisse et de stress.
Toutes ces informations risquent d’évoluer en fonction de l’évolution de la pandémie. Au 14 septembre, l’activation du plan pandémie est au niveau 5A, le passage au niveau 5B, puis 6, avec notamment des dispositions particulières pour les établissements scolaires sera décidé au niveau ministériel et gouvernemental.

N’hésitez pas à joindre les représentants FSU du CHSD pour toutes questions complémentaires. Une circulaire devrait arriver dans les meilleurs délais.

Sylvie Chardon, Fabienne Duchesne, Marc Legein, Eve Terzi, Vincent Tiffoche représentants FSU au CHSD.