Quantcast

Compte rendu AG des retraités 20 novembre

vendredi 27 novembre 2015
par  Snes S3 JJD

L’AG académique des retraités de Versailles du 20 novembre a commencé par exprimer le vœu que nul-le d’entre vous n’ait été touché-e dans son entourage par les massacres commis.

Déclarer que « la France est en guerre » comme l’ont fait F. Hollande et M. Valls n’expose-t-il pas à une surenchère dans la violence quand l’urgence est de mener des initiatives politiques et diplomatiques pour éradiquer les causes du terrorisme dans les pays du Moyen Orient ?

Cela ne fait-il pas aussi peser le risque de museler les revendications sociales contre la politique d’austérité qui continue et les nouveaux projets de régression en chantier ?

La loi sur le renseignement récemment adoptée prévoit déjà des mesures répressives sans le contrôle de la justice qui peuvent, sous couvert de lutte contre le terrorisme, viser des militants syndicaux, politiques…

La nouvelle loi soumise au Parlement en procédure accélérée, en cours d’examen à la date de l’AG, soulève des inquiétudes par ses références répétées à « l’ordre public ». La criminalisation de l’action syndicale par les licenciements et le procès intenté à des manifestants d’Air France est une atteinte gravissime à l’exercice des libertés et à la démocratie. Lourde de conséquences serait la révision de la Constitution annoncée.

La nécessité de poursuivre l’action syndicale a fait l’accord des participants et avec elle le refus des atteintes aux libertés qui en entraveraient la possibilité.

Dans l’immédiat, on venait d’apprendre que les organisations regroupées dans la Coalition Climat 21, dont la FSU, réfléchissaient à la manière de contourner l’interdiction de manifester fin novembre. A l’initiative de la LDH, un texte intitulé « Nous ne cèderons pas », signé par plusieurs organisations dont la FSU est en cours de finalisation. Il sera mis en ligne.

Chez les retraité-e-s, les 8 organisations qui ont appelé à une journée d’action nationale le 24 nov. se sont réunies le 18 nov. Elles ont décidé de « maintenir » cette action, « y compris en transformant les manifestations et rassemblements publics sous d’autres formes ». Une conférence de presse nationale est organisée.

En Ile de France, région particulièrement sensible, le rassemblement à 14h à Paris suivi d’une manifestation est annulé. Une audience intersyndicale au ministère des Affaires Sociales a été demandée.

Ces organisations se réuniront le 18 décembre pour réfléchir à de prochaines initiatives en janvier. Du débat mené dans notre AG, il ressort qu’une manifestation dans cette période est jugée prématurée, qu’après la profonde émotion provoquée par les attentats il était important de relancer la bataille d’opinion pour la défense des retraites et du niveau de vie des retraités, et de rassembler plus encore sur la volonté d’ouvrir une alternative à l’austérité, seule capable d’assurer un autre avenir aux plus jeunes. Et vous, qu’auriez-vous proposé ? Il n’est pas trop tard pour transmettre votre avis.

Cordialement

Martine Beaulu-Barlier