INTER 2011 : participation obligatoire des stagiaires - période de saisie des voeux du 18 novembre au 7 décembre midi

Publications, réunions d’information des élus du SNES spécifiques aux stagiaires
dimanche 21 novembre 2010
par  Snes S3 MRP

Pour vous informer, vous conseiller et vous défendre de la façon la plus efficace possible, le SNES met à votre disposition :












La section académique met en place des permanences renforcées durant toute la période de saisie des voeux du jeudi 18 novembre au mardi 7 décembre.


Vous pouvez joindre nos élus au 08 11 11 03 84 ou 85 par téléphone ou par mail à s3ver@snes.edu

Les syndiqués peuvent demander un rendez-vous à la section académique.


Il organise à destination des stagiaires des réunions spécifiques :


  • à la bourse du Travail, annexe Varlin, 85 rue Charlot
    (métro : République)



Le mercredi 24 novembre de 14 h 30 à 17 h

  • à la section académique :



le mercredi 1 décembre de 14 h 30 à 17 h - Réunion annulée en raison du rassemblement devant le MEN à 14 h30 pour exiger une vraie formation pour les stagiaires

Accueil spécifique stagiaires à la section académique le mardi 30 novembre après midi et jeudi 2 décembre après-midi


sur les lieux de regroupements des stagiaires :

  • 78



Lycée Delaunay Villepreux : mardi 23 novembre (10h 30– 12h 30), mercredi 24 novembre (10h 30—12 h 30), jeudi 25 novembre (10h 30—12 h 30)

  • 91



Lycée Monge Savigny : mardi 23 novembre (15h – 17 h), mercredi 24 novembre (15 h—17 h), jeudi 25 novembre (15 h—17 h)

  • 92



Collège Renoir : mardi 23 novembre (10h 30– 12h 30), mercredi 24 novembre (10h 30—12 h 30), Lycée Galilée Genevilliers jeudi 25 novembre (15h —17h)

  • 95



Lycée Rolland Argenteuil : mardi 23 novembre (10h 30– 12h 30), mercredi 24 novembre (10h 30—12 h 30), jeudi 25 novembre (10h 30—12 h 30)

La première affectation, une étape importante dans votre carrière…


En tant que futur titulaire de la Fonction Publique d’État à la rentrée prochaine, vous devez participer obligatoirement au mouvement national afin d’obtenir votre premier poste. C’est une étape importante dans votre vie professionnelle et personnelle. Elle relève du droit au poste et à une affectation conforme à votre qualification qui est l’une des garanties fondamentales inscrites dans le statut des fonctionnaires, au même titre que la garantie d’emploi, le droit à carrière… Ces droits découlent du choix de la Nation de protéger l’indépendance des fonctionnaires dans l’exercice de leurs missions des pressions du pouvoir politique et administratif. Ils sont la contrepartie de la mission de service public qui échoit aux fonctionnaires et qui, pour les personnels enseignants, d’éducation et d’orientation, implique de contribuer à la continuité du service public d’Éducation sur tout le territoire national et d’assurer l’égalité d’accès de tous les jeunes à l’enseignement.


S’opposer à une politique qui dégrade les conditions d’affectation et d’exercice des personnels



Si la prise du premier poste cristallise aujourd’hui de nombreuses angoisses, c’est à cause de choix politiques successifs qui ont considérablement dégradé les conditions de première affectation des néo-titulaires et la mobilité de l’ensemble des personnels :

  • mise en place du mouvement déconcentré en 1999 contraignant à une mutation en deux phases INTER et INTRA, qui se fait « en aveugle », c’est-à-dire sans connaissance des possibilités d’affectation à l’INTRA ;
  • suppressions massives d’emplois, au nom du dogme de la réduction de la dépense publique, dont le déficit cumulé s’élève à près de 42 000 postes dans le second degré depuis 2003, diminuant d’autant les possibilités de mutation.



À cela s’ajoutent les conséquences catastrophiques de la réforme de la formation des maîtres qui vont peser sur la qualité de votre première affectation. Les suppressions d’emplois de stagiaires ont, non seulement détérioré vos conditions d’entrée dans le métier (temps complet, formation s’ajoutant au temps de service), mais elles conduisent l’Administration à réserver des emplois de titulaires aux futurs lauréats de concours amputant ainsi les capacités d’accueil des académies à l’INTER et à retirer des postes du mouvement général à l’INTRA. Cela amplifie les effets désastreux des suppressions de postes sur les conditions d’affectation : multiplication des compléments de service et
des affectations sur zone de remplacement...

L’éloignement géographique qui résulte le plus souvent de la prise du premier poste est vécue, en raison de ce contexte, comme une situation subie et durable.

Pour le SNES, une mobilité choisie et volontaire des personnels est un moteur d’efficacité professionnelle et de satisfaction individuelle. Cela implique le rétablissement des emplois supprimés, en particulier, ceux économisés en mettant les stagiaires à temps plein, les créations de postes nécessaires à la hauteur des besoins, à rebours de la politique actuelle, le retour à un mouvement national rénové pour fluidifier les affectations, un barème équilibré prenant en compte la diversité des situations et ne réservant pas les possibilités de muter à quelques uns, pour garantir la transparence et l’équité de traitement.


Des élus du SNES pour vous informer et vous conseiller, pour défendre la transparence et
l’équité de traitement


Les élus du SNES, enseignants, CPE en exercice, tous comme vous, sont là pour vous informer, vous conseiller, vous aider à effectuer un choix raisonné et conscient pour la formulation de vos vœux (permanences téléphoniques, publications, réunions).

Ils assurent la défense des droits de chacun dans l’intérêt de tous dans les commissions paritaires où siègent pour moitié des élus des personnels et pour moitié des représentants de l’Administration qui examinent tous les actes relatifs à la carrière d’un agent : notation, mutation, promotion… Ainsi, pour les mutations : contrôle de l’intégralité des barèmes et du projet de mutation, vérification des droits de chacun conformément aux textes en vigueur, rectification des erreurs, proposition d’amélioration dans le respect des règles communes, opposition à tout arbitraire…

Ce contrôle par les élus, et, à travers eux, de la profession, sur les actes de gestion de l’Administration, constitutif de la Fonction publique, est indispensable. En effet, comme ces deux dernières années, la note de service sur le mouvement contient des orientations dangereuses visant à remettre en cause les règles de gestion collectives et le rôle des instances paritaires qui les garantit. La représentativité et la combativité des élus du SNES à qui la profession a confié l’écrasante majorité des sièges lors des élections professionnelles de 2008 (31 sièges sur 44 dans l’académie) ont contraint le Ministère à n’en rester qu’aux déclarations d’intention.
Le SNES ne transigera pas face aux tentatives récurrentes d’affaiblir nos garanties collectives, nos métiers et nos statuts.

Les commissaires paritaires du SNES


Documents joints

PDF - 373.1 ko