Vigilance sur les dispositifs « alternance » en collège dans le 92 !

jeudi 21 juin 2012
par Snes S2 Hauts de Seine

La rentrée 2012 a été préparée jusqu’à présent sur la base de la circulaire de rentrée 2012 écrite par Chatel.

Parmi les aspects les plus graves de cette circulaire : la multiplication de dispositifs fondés sur l’« alternance » précoce collège/entreprise et cela dès la 4e, dès l’âge de 14 ans...

Ces dispositifs concernent potentiellement tous les collèges du département.

Ces dispositifs ont été conçus sous Chatel pour organiser le délestage des élèves en grande difficulté et ainsi faire faire des économies à l’Éducation Nationale.

Ils concrétisent le renoncement à faire réussir tous les élèves, la volonté de mettre en place un système à deux vitesses : les programmes et la poursuite d’études en lycées pour certains, et pour une forte proportion des élèves, l’ambition limitée au « socle commun » et l’éviction rapide, vers l’apprentissage - et bien souvent la sortie sans aucune qualification reconnue.

Le SNES appelle les personnels à la vigilance, notamment lors des réunions pédagogiques de fin d’année, et dans les CA.

Il ne serait pas acceptable que la politique - de la précédente majorité - d’« alternance » précoce se poursuive comme prévu : il faut mettre un coup d’arrêt aux dispositifs - préparés plus ou moins en catimini dans de nombreux établissements - et proposer dès maintenant d’autres solutions, portées par les équipes pédagogiques, en réclamant les moyens d’urgence nécessaires pour la rentrée 2012.

Le SNES rappelle qu’en tout état de cause, aucun dispositif ne peut être mis en oeuvre sans avoir été au préalable adopté par le CA, seul décisionnaire en matière d’organisation pédagogique de l’établissement. Le vote doit porter sur un projet pédagogique précis, à l’initiative des enseignants, et non sur un vague principe.

 « Ateliers », « Modules » : de quoi s’agit-il ?

Un diaporama du rectorat présente les dispositifs d’« alternance » Chatel : http://www.ac-versailles.fr/public/upload/docs/application/pdf/2012-04/diversification_parcours_collegiens_alternance_avril-2012.pdf

On distingue :

- des « modules d’alternance en 4e » :

Ils peuvent être ouverts dans tout collège « en fonction des besoins des élèves ».

Les élèves du collège y sont affectés « à tout moment de l’année » sur décision du seul chef d’établissement. Ils sont extraits temporairement de leur classe pendant 90h (10% du temps scolaire), de manière soit groupée, soit filée.

Les élèves concernés seront ainsi privés d’une partie de l’enseignement auquel ils ont droit. Le retour en classe risque de poser de nombreux problèmes pour les élèves eux-mêmes mais aussi pour l’ensemble de la classe et pour les enseignants. La tentation sera grande dans certains établissements de « se débarrasser » ainsi d’élèves en difficulté. Toutes les conditions sont réunies pour qu’il n’y ait aucun cadrage ni aucun contrôle du nombre d’élèves affectés au fil de l’eau et dès 14 ans dans ces dispositifs , sur des critères variables et plus ou moins arbitraires selon les endroits.

- Les « ateliers de découverte des métiers et des formations » :

L’ouverture des deux ateliers a été annoncée dans le département : au collège Edouard Vaillant à Gennevilliers (pour le Nord), au collège Joliot-Curie de Bagneux (pour le Sud).

Chacun de ces deux ateliers a pour objectif de drainer 50 à 100 élèves, soit 1 à 2 élèves de chaque collège du département. Par période d’au moins deux mois, les élèves de ces ateliers seraient envoyés en stage dans une entreprise. Ces stages viseraient à faire découvrir aux élèves un métier et envisager une formation.

Quand ils seront au collège des séances d’accompagnement seront censées leur permettre d’atteindre les objectifs du socle commun. Là encore, la question des horaires et des enseignements dus au élèves se pose, ainsi que l’organisation des séances d’accompagnement.

Les horaires seraient annualisés et globalisés toutes disciplines confondues pour les élèves comme pour les professeurs. Les enseignants seraient donc rémunérés sous forme d’HSE et « formés » via deux jours de stage et une « journée de réflexion par champ disciplinaire ».

  « Ateliers », « Modules » : à quoi vont-ils servir ?

Les conditions minimales ne sont réunies, ni en terme d’équipes pédagogiques stables et formées, ni en terme d’horaire de cours pour faire un travail pédagogique de qualité, de nature à faire réussir des élèves déjà en difficulté et à leur permettre de viser une formation diplômante avec de réelles chances de succès.

La circulaire Chatel permet de développer de ces dispositifs extrayant certains élèves du cursus commun et vise donc à organiser la relégation et l’éjection de plusieurs centaines d’élèves sur le département.

Dans ce domaine comme dans d’autres, la rentrée 2012 doit marquer une rupture nette avec la politique menée sous Chatel et Sarkozy.

 Interpeller votre chef d’établissement, intervenir en CA

Il est indispensable de demander à votre chef d’établissement si un module d’alternance en Quatrième est envisagé dans votre établissement ou dans un établissement à proximité. Ce dispositif doit être présenté au CA et sa création doit donner lieu à un vote (il relève du domaine d’autonomie en matière pédagogique et éducative de l’établissement). Le SNES 92 appelle à fermement s’opposer à la création de ce dispositif. Les équipes doivent veiller à ce que leurs élèves n’y soient pas envoyés.

 Merci de transmettre au plus vite au SNES départemental

  • Les informations sur les projets de « modules » en « alternance » en préparation dans votre établissement pour la rentrée 2012. snes92@versailles.snes.edu
  • Le SNES relayera les demandes de moyens formulées par les équipes pour leurs projets alternatifs et les motions votées avec les associations de parents d’élèves.

Le SNES 92


Derniers articles publiés