Quantcast

Des établissements de Colombes en lutte pour la défense de l’éducation prioritaire

mercredi 10 février 2016
par  Snes S2 Hauts de Seine

 Colombes unie pour la défense de l’éducation prioritaire !

Faisant suite au mouvement collectif de 2012, où une bataille livrée pour la conservation de moyens supplémentaires dans l’éducation prioritaire avait été gagnée, les établissements du réseau d’éducation prioritaire de Colombes se sont à nouveau regroupés. En cause, une violente et incroyable diminution des heures d’enseignement : 300 heures perdues par semaine !

Une intersyndicale intimement soudée, reliant SNES-FSU, SUD et la CGT, a permis de mettre en place au sein du collège Jean-Baptiste Clément une série d’assemblées générales où chaque établissement a pu voir et faire savoir les contraintes horaires indécentes qui seront imposées à chacun à la rentrée 2016.
Déjà mobilisés le mardi 26 janvier dans la lutte nationale, présents avant le comité technique départemental à Nanterre, les collèges Moulin-Joly, Gay-Lussac, Jean-Baptiste Clément et le lycée Guy de Maupassant ont voté à l’unanimité la grève reconductible à partir du mardi 9 février. Suivie de 60% à 95%, la mobilisation est un réel succès.
Néanmoins, et dans un mépris glacial, aucune délégation collective n’a été reçue par le DASEN le mardi 9 février, celui-ci refusant tout dialogue social d’un collectif portant les mêmes revendications, et renvoyant chaque établissement à une négociation individuelle. Si la stratégie est bien décrite depuis 1532 (Le Prince, Machiavel), les collègues ont largement refusé la division individualiste, et ont préféré opposer à ce dénis de dialogue social des actions ciblées, plus politiques.
Afin de contourner le mur péremptoire d’une institution qui acte, sciemment, l’abaissement des objectifs pédagogiques dans l’éducation prioritaire, les collègues ont ainsi pu obtenir le soutien de la maire de Colombes (PR) Nicole Gouetta, du sénateur (EELV) des Hauts-de-Seine André Gattolin, de la sénatrice (PCF) Brigitte Gonthier-Maurin, et du député (PS) de la circonscription Alexis Bacheley. Les élus promettent leur soutien à la demande solidaire des moyens supplémentaires, et se sont engagés à intervenir auprès DASEN dans le sens de l’intersyndicale.

En attente de l’établissement d’un dialogue constructif et de la disparition du mépris affiché jusque là, les collègues ont décidé de poursuivre le mouvement et reprennent les assemblées générales dès ce jeudi 11 février, 7h45, sur le pied de guerre.

Pour le SNES, le S1 du Collège JB Clément

 Communiqué de presse des établissements en lutte de Colombes

Pour les élèves des quartiers populaires, sauvons l’éducation prioritaire à Colombes !

Ce mercredi 10 février au matin, des AG ont été organisées dans chaque établissement mobilisé contre la baisse drastique des moyens. Tous les personnels ont pu prendre connaissance du refus renouvelé de la part de la direction académique de nous recevoir collectivement. Ils ont pu aussi entendre avec quel mépris ont été reçues les revendications des collèges Marguerite Duras et Moulin Joly lors de leur audience à la DSDEN (dont le nombre d’heures, pourtant en forte baisse à effectif équivalent, est censé « permettre de conduire les élèves vers la réussite » dixit le DASEN !).

L’ensemble des établissements de Colombes ont donc décidé de poursuivre la grève et se sont réunis au collège Jean-Baptiste Clément afin de discuter des prochaines actions. Au cours de cette AG de ville, les personnels ont décidé :

  • de porter nos revendications auprès de Mme Gouetta, maire de Colombes ;
  • de solliciter les députés de la circonscription (MM. Bachelay et Pietrasanta) ainsi que les sénateurs et sénatrices du 92 pour leur expliquer la situation inquiétante des établissements de Colombes ;
  • de continuer à mobiliser les parents qui semblent de plus en plus préoccupés par la détérioration des conditions d’enseignement et de l’offre éducative offertes à leurs enfants.

A 11h45, une manifestation a été organisée devant l’hôtel de ville de Colombes. Une délégation a été reçu à 12h par Mme Gouetta qui a pris bonne note des revendications portées par nos établissements et a affirmé qu’elle allait intervenir en notre faveur auprès des services de la direction académique.

De nouvelles AG seront organisées demain jeudi 11 février au matin pour fixer les modalités d’action des jours à venir.

Les enseignants mobilisés des établissements du second degré de Colombes en éducation prioritaire, soutenus par les sections syndicales CGT éduc’action, SNEP et SNES-FSU et SUD éducation