Plan social à Versailles : -189 emplois d’AED dans l’académie !

mardi 11 juin 2013
par Snes S3 MBV

 Plan social à Versailles : -189 emplois d’AED dans l’académie !

  Rassemblement mercredi 19 juin à 14h30
devant le Rectorat de Versailles,
3 boulevards de Lesseps, à Versailles

(Gare de Versailles Montreuil, ligne de Paris St Lazare)



PDF - 203.6 ko

Enfermés dans le dogme de la réduction de la dépense publique, le gouvernement et le Ministère ont décidé d’appliquer la loi d’airain de l’austérité au service public d’Education, à rebours des engagements pris. Les personnels de surveillance et d’accompagnement aux missions pourtant indispensables à la réussite de tous les élèves et au bon fonctionnement des établissements sont considérés comme une variable d’ajustement budgétaire : par refus d’abonder les crédits pour couvrir la hausse de la rémunération des AED qui découle de l’augmentation légitime et, pourtant très chiche du SMIC, le Ministère a supprimé 2000 emplois sur le plan national pour rester dans une enveloppe constante ; il annule ainsi les mesures d’urgence prises pour améliorer la rentrée 2012 et fragilise les Vie scolaires, déjà asphyxiées par les retraits de moyens des années Sarkozy, alors que les effectifs progressent.

Dans l’académie de Versailles, ce sont 189 emplois qui sont ainsi supprimés. La quasi-totalité des établissements sont touchés, dont, au premier chef, ceux qui avaient reçu des moyens supplémentaires au titre de leurs difficultés à la rentrée 2012. Les assistants pédagogiques, en particulier en collège, sont également une cible désignée. A l’opposé des déclarations faisant de la jeunesse et des créations d’emploi une priorité, ces mesures vont faire basculer des personnels de surveillance et d’accompagnement vers le chômage et glisser davantage leurs missions vers des statuts encore plus précaires (emplois aidés).

Pour le SNES et la FSU, une double rupture est nécessaire. Il faut recruter à la hauteur des besoins, d’une part, et en finir avec la dégradation organisée des statuts des personnels de surveillance et d’accompagnement débutée par l’arrêt du recrutement des MI-SE depuis 2003 et la mise en place des AED, puis des EVS. Les établissements sont en effet confrontés à des statuts multiples, pour une grande part de droit privé, reposant sur le recrutement local. Les conditions d’emploi et de travail se sont détériorées, les droits des personnels sont la plupart du temps non respectés. Les perspectives de réinsertion dans un emploi y compris de la Fonction publique sont quasi nulles : cette réalité est durement vécue, en particulier par les nombreux AED qui, recrutés depuis 2003, sont arrivés ou arrivent au terme de leur contrat et se retrouvent sans aucune solution. C’est le sens de sa revendication du rétablissement d’un statut de MI-SE amélioré et rénové, protégeant les personnels de surveillance et d’accompagnement de l’arbitraire et des pressions du C/E (non renouvellement, contrat d’un an, rattrapage des jours d’examen…) et donnant accès à de nouveaux droits (mutation, gestion rectorale avec contrôle des élus….). Pour exiger de l’actuel gouvernement un véritable changement, il a mis en place une pétition qu’il appelle à signer et faire signer et à retourner à la section académique.

Face aux suppressions d’emploi, l’heure est la mobilisation. Le SNES et la FSU ont impulsé une démarche intersyndicale dans les académies pour exiger le rétablissement des emplois supprimés et le réemploi des AED. Ils appellent les personnels à en assurer la réussite en participant pour l’académie de Versailles au rassemblement devant le Rectorat le mercredi 19 juin à 14h30.

PDF - 106.7 ko
Pétition AED

Derniers articles publiés