Quantcast

CAPA d’avancement d’échelon CPE du vendredi 30 novembre : résultats disponibles

dimanche 2 décembre 2012
par  Snes S3 MRP

La CAPA d’avancement d’échelon pour l’année 2012-2013 s’est tenue au rectorat de Versailles vendredi 30 novembre 2012.

Les résultats sont disponibles par téléphone au 08 11 11 03 84/85.
Les syndiqués ont reçu à l’issue de la CAPA un mail avec le résultat.

Les élus du SNES ont effectué un important travail de vérification et obtenu la correction d’erreurs. Ce travail est facilité lorsqu’ils sont en possession de la fiche de suivi syndicale.

Depuis quatre ans dans l’académie de Versailles, à égalité de barème, les collègues CPE sont départagés selon les critères suivants :
1. Ancienneté dans le grade (= corps pour les CPE), au 31 août 2012 (les périodes de disponibilité et de congé parental ne sont pas comptabilisées)
2. Ancienneté dans l’échelon au 31 août 2012,
3. Mode d’accès à l’échelon dans l’ordre : Grand Choix, Choix, Ancienneté, Classement initial et Reclassement,
4. Date de naissance.

Les promotions d’échelon se déroulent cette année encore dans un contexte d’érosion de notre pouvoir d’achat et de laminage de nos carrières. Le Gouvernement fait le choix, au nom de la lutte contre les déficits publics, d’appliquer la même austérité salariale que le gouvernement précédent : poursuite du gel du point d’indice, refus opposé à la revalorisation de nos carrières, maintien de la journée de carence et de la hausse de la cotisation pour pension.
Cette politique aggrave le déclassement de nos professions et menace fortement leur attractivité en pleine crise du recrutement. Alors qu’en Europe le pouvoir d’achat des personnels enseignants et d’éducation progressait entre 2000 et 2010, il reculait en France de 15%. A qualification égale, un CPE gagne 71% du salaire d’un cadre de la Fonction publique, 66% de celui d’un cadre dans le secteur privé.

Revaloriser nos carrières et nos salaires est donc une urgence et une nécessité. Le gouvernement a trouvé 20 milliards d’euros pour financer sans contrepartie les entreprises dont la moitié provient d’une réduction de la dépense publique ! L’Education est pourtant un investissement de première importance pour l’avenir de la France qui mériterait d’être pleinement assumé dans les actes.

Le SNES porte l’exigence d’une revalorisation générale pour toute la profession (Reconstruction de l’ensemble de la grille indiciaire des salaires, revalorisation du point d’indice, augmentation du pouvoir d’achat, améliorations des conditions de travail, mobilité choisie, seconde carrière, …).