Quantcast

[MAJ 8/01] Rentrée 2019 : Un mépris de la profession, une manipulation scandaleuse des chiffres !

mardi 8 janvier 2019
par  Snes S3 SV

[mise à jour 8 janvier]
Dans l’académie : 141 emplois = 32 suppressions
Sur les documents où s’étalent les éléments de langage et les cartes du Ministère, tout parait bien ajusté : l’académie de Versailles, plus grosse académie de France, dont le second degré va encore connaître une augmentation importante des effectifs (+1,30%), ce qui la situe dans la fourchette haute des augmentation d’effectifs, se voit doter de 141 emplois supplémentaires pour les collèges et lycées soit, sur le papier, la plus forte augmentation en emplois. Les arguments institutionnels sont prêts, les représentants de l’Administration sont dans les starting block pour dérouler le discours attendu sur la « préservation de l’académie dans un contexte budgétaire contraint ». Mais comme au niveau national, il n’est pas très compliqué de démonter l’imposture : selon les calculs du SNES-FSU, on estime à près de 177 le nombre d’emplois qui sont supprimés pour être transformés en heures supplémentaires, soit autant de supports qui ne seront plus occupés par des adultes devant les élèves, mais dont l’administration attend que les professeurs en postes absorbent la quantité de travail correspondant en heures supplémentaires. En définitive, notre académie ne bénéficie pas de la création de 141 emplois, mais se voit bien supprimer 36 emplois (141-177), ce qui représente encore davantage de postes supprimés.
Dans une académie où la pression démographique reste importante, sur des territoires traversés par d’importantes inégalités économiques, sociales et scolaires, une telle annonce sonne comme un renoncement à toute ambition pour le service public d’éducation. Très rapidement, la section académique organisera les mobilisations nécessaires pour imposer un changement de politique éducative.

20 décembre
Le Comité Technique Ministériel qui s’est tenu le 19 décembre devait étudier notamment la répartition des emplois entre académies pour la rentrée 2019. La toile de fond était déjà connu avec la suppression de 2650 emplois dans un contexte de hausse des effectifs.
Pourtant, les documents présentées affichent la suppression de 365 emplois ! Derrière ce tour de passe-passe, une manipulation indigne à savoir l’augmentation démesurée des heures supplémentaires pour masquer les suppressions d’emplois. C’est la confirmation du retour du très sarkozyzte « travailler plus pour gagner plus », au mépris des conditions de travail des personnels. Ces annonces vont aussi dans le sens d’une dégradation des conditions d’enseignement pour les élèves. Définitivement, l’Ecole de la Confiance tant vantée par Jean-Michel Blanquer est un concept creux, qui ne sert que d’artifice de communication à un Ministre plus occupé par le terrain médiatique que par le quotidien des personnels et des élèves.
Communiqué de la FSU : CTM, caricature du dialogue social

Le SNES-FSU a commencé à travailler sur les documents pour faire apparaître la réalité des suppressions d’emplois. Pour l’académie de Versailles, le document ministériel affiche 141 créations d’emplois (dans un contexte de forte hausse des effectifs). Mais en intégrant les suppressions masquées par un retour croissant aux HSA, ce sont en réalité autour de 36 emplois qui pourraient être supprimés dans notre académie ! Plus d’informations à la rentrée et dans l’US du week-end