Quantcast

Communiqué de presse de la FSU des Hauts-de-Seine sur les débordements dans les lycées

mardi 12 avril 2016
par  Snes S2 Hauts de Seine

Communiqué de presse de la FSU des Hauts-de-Seine sur les débordements dans les lycées

Depuis début avril, de nombreux lycées des Hauts-de-lycées ont connu des débordements inquiétants dans le cadre de barrages filtrants de lycéens qui s’opposent à la loi El Khomri : à Asnières, à Bois-Colombes, à Clichy, à Colombes, à Courbevoie, à Gennevilliers et à Levallois notamment. Certains de ces débordements prennent un tour inquiétant : chef d’établissement molesté, jets de projectiles divers et surtout feux de poubelles et de voitures notamment à Clichy, Courbevoie, Gennevilliers et Levallois où le lycée a connu un début d’incendie avec présence d’accélérateur (essence).

Ces débordements se sont traduits par de nombreuses interpellations, au moins une vingtaine, des « garde à vue » et pour certains des poursuites judiciaires. De nombreux conseils de discipline sont aussi envisagés pour les élèves identifiés.

La FSU des Hauts-de-Seine condamne vivement ces débordements qui n’ont rien à voir avec la lutte menée par les lycéens contre la loi El Khomri. Elle apporte son soutien aux personnels et aux élèves victimes de ces débordements. Certains lycéens font aussi état de dispersions par la police et d’interpellations musclées voire arbitraires. Si ces faits sont exacts, la FSU des Hauts-de-Seine les condamne tout aussi vivement.

Ces violences urbaines sont toutes situées dans le même secteur des Hauts-de-Seine : la boucle nord de la Seine où se trouvent de nombreuses communes populaires, traduisent l’état de désespérance de certains lycéens qui se fondent dans un mouvement lycéen légitime – celui qui lutte contre une loi qui obère leur avenir. Plus d’un demi-million de jeunes, près de la totalité d’une classe d’âge, sont aujourd’hui sans emploi. Les inégalités et les discriminations s’aggravent, l’avenir est incertain pour trop de jeunes en termes d’insertion sociale et professionnelle.

Pour la FSU des Hauts-de-Seine, une réponse globale et rapide doit être apportée à la question de l’avenir de la jeunesse, notamment dans les territoires les plus fragiles, surtout si l’on veut éviter que de nouvelles violences urbaines se reproduisent.

La FSU des Hauts-de-Seine


Documents joints

Communiqué de presse de la FSU des Hauts-de-Seine
PDF - 21.2 ko