Retraités : la mobilisation ne cède pas

jeudi 16 janvier 2020
par  Snes S3 JJD

SNES INFOS RETRAITÉ.E.S VERSAILLES[

 Retrait de la réforme des retraites : la mobilisation ne cède pas

L’agitation médiatique sur « l’âge pivot » rebaptisé « âge d’équilibre » par l’exécutif vise bien sûr à désamorcer un mouvement social de grande ampleur qui dure depuis plus de 40 jours, s’est étendu à de nombreux secteurs d’activité et trouve toujours un soutien majoritaire dans l’opinion publique malgré les manœuvres et tentatives d’intimidation, y compris par les violences policières.

Après la publication de la lettre d’E. Philippe, les organisations CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et des organisations étudiantes ont appelé à poursuivre la mobilisation « jusqu’à la victoire ».

Les 14 et 15 janvier, différentes actions se sont déroulées dans les départements (cf le site académique du SNES)

Les organisations appellent à faire du Jeudi 16 janvier « une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et manifestations »
Pour l’Île de France, départ à 13h30 à Montparnasse (vers la Place d’Italie)
communiqué intersyndical. du 16 janvier

 Dans la confusion entretenue, on peut rappeler quelques données essentielles :

Pour respecter « la règle d’or » de l’équilibre financier à la mode libérale du système de retraites en 2027 et économiser 12 Mds, a été instauré un « âge pivot » porté à 64 ans entre 2022 et 2027. Le gouvernement et le Medef refusent obstinément tout dialogue avec les organisations comme la FSU qui rejettent la réforme par points et proposent l’augmentation des cotisations patronales, des salaires, le réexamen des milliards d’exonérations de cotisations patronales, l’égalité salariale homme/femme…

Cette mesure n’est retirée que temporairement du projet de loi et sous la condition qu’organisations syndicales et patronales s’accordent avant la fin avril 2020 sur d’autres modes de financement…c’est a dire d’autres régressions ; la hausse des cotisations patronales étant explicitement exclue .

Dans le cas contraire, le plus probable, le gouvernement légiférera par ordonnance, après le débat parlementaire ! Et d’ores et déjà « l’âge d’équilibre » est maintenu pour 2027. Démocratie sociale et parlementaire sont ainsi piétinées au nom de la « justice sociale » !

La logique de la réforme demeure : diminuer les pensions tout en faisant travailler plus longtemps, enfermer chacun.e dans sa situation individuelle sans projection possible dans l’avenir de sa retraite, supprimer les formes de solidarité et encourager la capitalisation.

Solidaires des personnes en activité et des jeunes, les actuel.le.s retraité.e.s savent aussi qu’ils/elles ne seront pas épargné.e.s par ce durcissement de l’austérité, le projet de loi inscrivant la possibilité de déroger à l’indexation des pensions sur l’inflation qui pèse déjà sur le pouvoir d’achat. Elles/ils doivent continuer à défendre leurs revendications contre les attaques dont ils sont l’objet.

 Solidarité financière

avec les grévistes : dans le Val d’Oise, une caisse de grève intersyndicale (avec présence de la FSU) est mise en place. La section départementale des retraité.e.s y apporte une contribution de 500€. Les retraités sont attentifs aux dispositions qui seront prises par la section académique de Versailles voir ici . Modalités de soutien également sur les sites des syndicats Sncf et Ratp

Martine Beaulu-Barlier