Quantcast

[communiqué SNES-FSU Paris-Créteil-Versailles] Manuels scolaires en lycée : le Conseil régional rate sa rentrée !

mardi 10 septembre 2019
par  Snes S3 MC

Communiqué des sections académiques du SNES-FSU de Paris, Créteil et Versailles

Manuels scolaires en lycée : le Conseil régional rate sa rentrée !

La région Île-de-France et sa présidente Valérie Pécresse ont organisé une distribution solennelle de tablettes numériques aux élèves des lycées Jean Jaurès et Fernand et Nadia Léger à Argenteuil le 2 septembre. Optant pour une mesure d’affichage et de communication visant à promouvoir un tournant vers le « tout-numérique » dans les académies franciliennes, la région cherche à occulter les ratés du passage aux manuels numériques au détriment des manuels papiers, passage qu’a d’ailleurs refusé la majorité des enseignant-e-s des lycées généraux et technologiques qui ont pu s’exprimer sur ce point. Certes, quand Valérie Pécresse passe dans un établissement, les fameuses tablettes apparaissent soudainement pour être distribuées, mais ce miracle n’a manifestement lieu qu’en sa présence.

Les sections académiques de Paris, Créteil et Versailles du SNES-FSU dénoncent une mesure d’affichage qui escamote l’essentiel. Ainsi, malgré la distribution dans quelques lycées « vitrines », les élèves des établissements passés aux manuels numériques n’ont, à ce jour, dans leur grande majorité pas accès au matériel en question. La région a donc privilégié une opération de communication, plutôt que d’offrir aux élèves un service réellement efficace et de qualité. Et quand la livraison aura enfin eu lieu, des problèmes seront irrésolus : l’installation des manuels sur les tablettes sera un processus long et coûteux en bande passante dans des établissements où le débit n’est pas toujours conséquent. La question de la recharge des tablettes régulièrement vidées n’a toujours trouvé aucune réponse satisfaisante. L’effort financier consenti pour le projet interroge, d’autant plus qu’une usure rapide et un remplacement du matériel sont à prévoir dans les années à venir. Plus généralement, la région, préférant céder à l’air du temps a refusé de faire un bilan du passage au tout numérique, notamment dans d’autres pays européens ou même, en France, dans les académies qui s’y sont essayées (pénibilité de la lecture, dispersion des élèves sur les tablettes...). Elle a complètement occulté le coût environnemental des tablettes : les manuels papiers avaient l’avantage d’être recyclables et de ne pas consommer de terres rares ! De nombreux lycées ont refusé le passage au tout-numérique. S’ils n’auront pas à en subir certains désagréments, ils ont eux aussi à supporter un retard important des livraisons.

Les sections académiques de Paris, Créteil et Versailles exigent que la région prenne ses responsabilités, travaille dans la transparence, réponde aux nombreuses interrogations des personnels et mettent tout en œuvre pour que les manuels et les appareils soient livrés le plus rapidement possible, et dans de bonnes conditions. Les personnels devront être accompagnés efficacement pour la prise en main de ces outils. Les sections académiques de Paris, Créteil et Versailles demandent qu’un suivi et un bilan sincère soient effectués et permettent les ajustements nécessaires.

Arcueil le 9 septembre 2019