Quantcast

Quand les personnels doivent payer pour les erreurs du Rectorat ! Conséquences sur le salaire des PsyEN EDA du décret du 4 janvier 2019

mercredi 15 mai 2019
par  Snes S3 MC

Indemnité Éducation prioritaire

  • Avant la création du corps, les PsyEN EDA touchaient l’indemnité REP ou REP+ selon leur affectation mais, comme les enseignants, ces sommes étaient versées au prorata des heures exercées dans un établissement classé.
  • De leur côté, les PsyEN EDO ne touchent l’indemnité que depuis 2015, et celle-ci est identique quel que soit le type d’établissement REP ou REP+ (montant similaire à la prime REP), mais en totalité.

A la création du corps en 2017, tous les textes n’étaient pas parus mais le rectorat de Versailles, le seul d’ailleurs, a immédiatement appliqué aux Psychologues du 1er degré le même régime qu’à ceux du second degré.

=> Des PSy-EN EDA ont donc perçu l’indemnité Éducation prioritaire en totalité même s’ils n’effectuaient pas la totalité de leur service dans un établissement classé.

Le Ministère maintient les inégalités indemnitaires dans le corps pourtant « unique » des psychologues...

En janvier 2019, la sortie du décret rétablit les indemnités comme avant la création du corps unique en traitant différemment les PsyEn EDA et les PsyEN EDO.

=> Le rectorat de Versailles a donc décidé de retirer en une seule fois les trop perçus, profitant de la clause de rétroactivité au 1er septembre 2017 ! Cette décision est inacceptable et le retrait brutal en une seule fois de sommes pouvant aller jusqu’à 1000 euros est profondément choquant.

Le SNES et le SNUipp, lors d’une audience avec la DRH mais aussi en commission paritaire, sont intervenus auprès du rectorat pour :

  • demander l’abandon de la rétroactivité, et donc obtenir le remboursement des sommes. En effet, le versement des indemnités est une erreur du Rectorat de Versailles qui ne doit pas pénaliser les collègues.
  • protester contre le retrait brutal en une seule fois de sommes importantes (plusieurs centaines d’euros) pouvant mettre en grande difficulté les collègues.

Le SNUipp a adressé, le 21 mai 2019, un courrier adressé au Directeur Général des Ressources Humaines. Nous vous tiendrons informés de la réponse.


Documents joints

courrier SNUipp indemnités Versailles