ESSONNE : Echo des établissements mobilisés à la rentrée 2017

dimanche 10 septembre 2017
par Snes S2 Essonne

Les conditions de la rentrée 2017 dans l’ESSONNE vont être difficiles en raison de la hausse des effectifs d’élèves, de dotations horaires insuffisantes et de moyens de vie scolaire réduits. A cela s’ajoute dans quelques établissements une mauvaise organisation de rentrée. Certains établissements se mobilisent d’ores et déjà.

En cas de mobilisation dans votre établissement, n’hésitez pas à nous contacter (snes91@versailles.snes.edu) afin que nous puissions vous accompagner dans vos démarches.

Lycée Blaise Pascal, ORSAY :

Lors de la prérentrée du 1 septembre 2017, les professeurs ont constaté que rien n’était prêt : pas d’emploi du temps, pas de listes d’élèves... Ils ont été reçus par le proviseur et ont exposé leurs inquiétudes quant à la désorganisation. Après cette entrevue il a été décidé que les emplois du temps des élèves, des enseignants et les listes de classes seraient prêts pour le lundi 4 septembre. Lundi 4 septembre au matin, les emplois du temps étaient catastrophiques tant pour les élèves (il manquait des heures, des options..) que des enseignants (modifications des services, HSA au delà de l’heure imposable...) Les 80 enseignants se sont réunis en AG et ont voté une grève de 48 heures. Une délégation a été reçue à la DSDEN .

La rentrée a été annoncée pour le jeudi 7 septembre avec début des cours prévu le vendredi 8/09. Toutefois, les emplois du temps présentés demeurent insatisfaisants et doivent être améliorés.

Article du Parisien sur la mobilisation/ http://www.leparisien.fr/orsay-9140...

Lycée Leonard de Vinci, St Michel/Orge :

Suite à l’ouverture d’une nouvelle classe de 1re technologique, le lycée atteint la saturation, et la sous-dotation en moyens humains et matériels devient encore plus criante. C’est pourquoi les collègues demandent : • la création d’un 3e poste de conseiller principal d’éducation ; • la dotation en personnels d’encadrement (assistant d’éducation, personnels de cantine), personnels techniques, personnels de soin (1/2 poste d’infirmière) • la dotation en matériels (laboratoire).

Devant l’absence de réponse suffisante ( ½ poste d’AED et 2 emplois aidés) de la direction académique début juillet, un préavis de grève a été déposé à la rentrée.

Une délégation a été reçue à nouveau le lundi 4 septembre pour entendre qu’aucune demande n’avait avancé. Plus grave encore, les 2 emplois aidés ne pouvaient être recrutés car le gouvernement a baissé les crédits pendant l’été, et rien n’était prévu pour le remplacement d’agent technique de laboratoire en congé maladie.

Si les élèves ont été accueillis lundi et mardi, des collègues ont informé les parents et les élèves et manifesté à la préfecture ces 2 jours. Mercredi 6/ 09, la quasi totalité des personnels d’enseignement et d’éducation ont fait grève et on à nouveau manifesté devant la préfecture. Ils ont été rejoints par des élèves du CVL et la FCPE du lycée

Si la procédure de recrutement d’agent de laboratoire semble avoir été initiée, nous n’avons aucune information sur ce que décide (ou pas) l’administration départementale et académique.

Des élus ont manifesté leur soutien par une lettre au ministre( maire et conseillère régionale). Le nouveau député est intervenu et a semblé très surpris que rien n’ait bougé.

La mobilisation continue avec la sensibilisation des parents et des élèves, des assemblées générales tous les 2 jours et le dépôt d’un préavis de grève pour le jeudi 14 septembre.

Dernière minute : lors du CTSD 1er degré la DSDEN a annoncé la création d’un demi poste de CPE à Léonard de Vinci ce qui est une avancée, mais quelques efforts sont encore attendus. Voir article : http://www.leparisien.fr/saint-mich...

Lycée Poincaré de Palaiseau :

L’ensemble des professeurs présents du lycée Henri Poincaré de Palaiseau s’est mis en grève le 7 septembre 2017 à 10h30 suite aux nombreux dysfonctionnements de cette rentrée qui nuisent au bon accueil des élèves :

  • Emplois du temps non fonctionnels (heures manquantes ou excédentaires par rapport aux heures officielles, absence de salles de cours, journées pendant lesquelles les élèves ont trois ou quatre heures de la même matière etc.)
  • Problèmes matériels (manque de salles et de mobilier, équipement informatique etc.)
  • Projets pédagogiques compromis suite à des incohérences dans l’attribution des classes Les enseignants demandent une remise à plat des emplois du temps, à laquelle ils se proposent , de participer et pour laquelle ils souhaitent l’ aide des services de la DSDEN. La situation n’ayant pas évolué, la grève s’est prolongée le vendredi 8 septembre, les enseignants se sont réunis pour listes les problèmes et chercher des solutions dans l’intérêt de l’établissement. Des emplois du temps cohérents et améliorés devraient être proposés lundi 11 septembre au matin. Les professeurs demeurent vigilants.

Collège Rosa Parks de Villabé 100% de grévistes le jeudi 7 septembre 2017

Le collège Rosa Parks de Vilabé reçoit, à parts presque égales, des élèves de Villabé et du Coudray-Montceaux. L’an dernier le Conseil Départemental a décidé de manière extrêmement brutale, sans aucune réflexion globale sur tout le secteur ni aucune concertation préalable avec les usagers (personnels, parents...) de modifier la carte scolaire. En cette rentrée, les élèves de 6e du Coudray-Montceaux sont désormais affectés au collège de Champcueil, ce qui a pour effet la suppression de trois classes de 6e de notre établissement. A ce rythme-là, le collègeRosa parks de Villabé va perdre 12 classes en quatre ans  ! Autre conséquence, les trois classes de 6e restantes affichent désormais des effectifs à 29 élèves pour deux d’entre elles et à 30 pour la dernière, effectifs jamais atteints depuis la création du collège il y a dix ans ! A cette rentrée, la baisse du nombre d’élèves se manifeste par la perte d’un demi-poste d’AED et d’un poste d’enseignant d’anglais mais dès l’an prochain ce sera l’hécatombe et de nombreuses suppressions de postes vont toucher non seulement les enseignants mais aussi la vie scolaire et la direction. Nous avons donc décidé d’interpeler fortement le Conseil Départemental dès cette rentrée afin que les engagements pris solennellement en juillet par Mme Parâtre soient tenus et que la réflexion plus large sur la carte scolaire soit menée très rapidement. Cette action n’est pas dirigée contre l’Éducation nationale ou la direction, mais elle reproche au département d’avoir agi précipitamment, sans concertation et sans réflexion globale sur le secteur. Cette action forte (100% des enseignants en grève jeudi matin 7 septembre 2017) a d’ores et déjà porté quelques fruits puisque le Conseil départemental leur a annoncé un groupe de travail et une réunion fin septembre. les enseignants resteront néanmoins très vigilants dans les semaines qui viennent et attendent des documents précis en amont des ces réunions, en plus des documents qui doivent leur être envoyés conformément aux engagements de Mme Parâtre en juillet dernier.

Voir article : http://www.leparisien.fr/essonne-91...


Derniers articles publiés