Paye de janvier 2017 : l’inacceptable cafouillage du Ministère !

vendredi 24 février 2017
par Secteur emploi


Alors que le Ministère communique depuis des mois sur les mesures prises pour la revalorisation des salaires des enseignants, nous apprenons que les mesures de revalorisation des salaires prévues pour janvier 2017 (revalorisation des grilles indiciaires) seront, en réalité, retardées jusqu’en mars 2017 (avec effet rétroactif et rattrapage des sommes dues depuis le 1er janvier 2017). Le SNES-FSU dénonce avec force cet inacceptable cafouillage, réclame un rattrapage dès février, alerte sur la nécessité d’anticiper toutes les autres étapes de la revalorisation et continue à revendiquer un plan accéléré de revalorisation du point d’indice.

A l’origine du problème, l’impréparation technique de la mise en œuvre des mesures de revalorisation, dont la responsabilité échoit à la ministre de la Fonction publique (particulièrement : DGAFP) et au ministre des Finances, découverte par le ministère de l’Éducation nationale courant janvier, au moment de l’établissement de la paye, sans que les difficultés, pourtant prévisibles aient été anticipées.

Rappelons qu’au 1er janvier 2017, la retenue pour pension civile a augmenté (9,94 % → 10.29 % ; décision de François Fillon en 2010). Dans de nombreux cas, cette mesure sera compensée par la revalorisation indiciaire. Mais l’impossibilité de mettre en œuvre celle-ci dès la paye de janvier 2017 retarde évidemment d’autant son effet compensatoire (ce qui entraînera donc dans un premier temps, de fait, au lieu de l’augmentation prévue, une baisse des salaires) !
voir l’article détaillé sur le site national


Derniers articles publiés