Quantcast

Mercredi 2 avril:rassemblement réussi au rectorat de Versailles

1200 personnes présentes
jeudi 3 avril 2008
par  Snes S3 JJD

Mercredi 2 avril:rassemblement réussi au rectorat de Versailles

à l’appel unitaire de la FCPE, du SNES, du SNEP, du SNASUB, de la CGT, de FO, de SUD , du SNALC et du SNCL contre les suppressions de postes et pour un collectif budgétaire.

1200 personnes présentes :

parents d’élèves, lycéens, enseignants, administratifs , élus locaux .De nombreux établissements fortement mobilisés ont répondu à cet appel. Slogans, chansons, énergie et détermination étaient au rendez-vous pour défendre le service public d’éducation et ce malgré la pluie et une présence démesurée des forces de’ l’ordre !

Le Recteur a reçu longuement une importante délégation ( parents d’élèves, lycéens, représentants de toutes les organisations syndicales). Replaçant la rentrée 2008 dans le contexte
de réduction budgétaire et d’offensive contre le service public , tous les intervenants ont dénoncé l’ampleur des suppressions de postes ( environ 900 en lycées et collèges) l’augmentation des postes à complément de service, l’inflation des heures supplémentaires, la réduction des moyens horaires, la disparition d’options, de groupes allégés ou de dédoublements et la surcharge des effectifs par classe. Les risques d’impossibilité d’accueil des redoublants en Terminales ont également soulignés notamment par les élèves . Les inquiétudes relatives à l’application forcée de la réforme des bac pro en 3 ans ont été abordées.

le Recteur dans ses éléments de réponse a demandé de ne pas « affoler les jeunes », de « rester rationnel », d’« éviter de brosser un tableau de déclin général » rappelant que les taux d’encadrement dans l’académie ont augmenté depuis 1990 ( 1 enseignant pour 10,9 élèves actuellement / 1 pour 13 élèves en 1990) et que le potentiel enseignement est globalement préservé. Il a également insisté sur le fait que les conditions d’études des élèves ne se dégradaient pas : les élèves de secondes ayant la moitié de leurs horaires en effectifs dédoublés ou allégés ( ce qui a provoqué un tollé généralisé !) . enfin il a insisté sur les efforts faits pour mettre en place à la rentrée prochaine de façon généralisée l’accompagnement éducatif des élèves.

Sur les suppressions de postes, il a redit que il n’avait pas pouvoir de modifier le budget de la nation et qu’il ne rétablirait pas les postes, ne disposant d’aucune « cagnotte » . De toute façon aucun « marchandage » par établissement n’est envisageable.

Quant au problème du redoublement , il a rappelé que :

  • les taux académiques restaient trop souvent élevés par rapport à la moyenne nationale et que l’académie s’était engagée dans une politique de réduction de ces taux
  • le droit au redoublement n’était nullement remis en question
    - pour les Terminales en particulier ce droit serait scrupuleusement respecté, donnant rendez-vous aux élèves en juin !

Enfin sur le problème des HS : le Recteur a rappelé la possibilité offerte de « travailler plus pour gagner plus » et la défiscalisation des HS ! Il a néanmoins reconnu qu’effectivement il y avait, suite à la modification du ratio HS/ HP, des difficultés d’absorption des HS dans les établissements mais ce problème sera examiné en ...juin ! Tous les enseignements réglementaires seront de toute façon assurés à la rentrée !

La mobilisation doit donc encore s’amplifier
Des contacts unitaires entre fédérations de parents d’élèves, organisations lycéennes et organisations syndicales sont en cours

voir appel à la grève pour le 10 avril