Compte-rendu du CTA du 19/12 : collèges, lycées, situation des assistantes sociales, mobilisation des agents du 78

vendredi 22 décembre 2017
par  Snes S3 SV

Le Comité Technique Académique (CTA) a eu lieu le mardi 19 décembre. Il réunit le Recteur et d’autres membres de l’administration, ainsi que des représentants des personnels, désignés lors des élections professionnelles. La FSU (SNES, SNuipp, SNUEP, SNEP, SNUASP, SNICS, SNASUB) y détient 5 sièges, soit la moitié des sièges. Ce CTA s’est tenu la veille des annonces ministérielles relatives aux dotations en emplois pour la rentrée 2018. Mais même sans connaître la réalité de la dotation académique, la préparation de rentrée et les réformes en cours ont occupé une bonne partie des discussions.

Déclaration préalable FSU

- Collège
Dans sa déclaration préalable, le SNES-FSU a été la seule organisation à pointer de nouveau les difficultés rencontrées par les personnels en raison d’injonctions et de pressions relatives aux modalités d’évaluation des élèves. Logiciels mal paramétrés, bulletins illisibles, une nouvelle fois, le SNES-FSU a demandé que des consignes claires soient données afin de sortir de cette situation intenable pour les personnels et les familles

L’administration a également présenté un bilan des nouvelles modalités d’allocation des moyens (DGH). Si l’écart entre les collèges d’une même catégorie s’est réduit (par exemple, en Education Prioritaire), ce qui est gage d’équité, le SNES-FSU a pointé les problèmes posés par l’absence de financement spécifique pour certains dispositifs (sections sportives, bilangues etc.). En renvoyant alors au local la décision d’assurer, ou non, le financement de ces enseignements, le Rectorat accentue la concurrence entre les disciplines, travers bien connu d’une forme d’autonomie de l’établissement. Hasard ou non, dans un lapsus révélateur, un des membres de l’Administration a vanté « l’autonomie ...du chef d’établissement » !
Parmi les autres organisations présentes, le SGEN-CFDT a défendu le principe d’autonomie tel qu’il était présenté.

- Lycées
Dans sa déclaration préalable (cf ci-dessus), la FSU est revenue sur les nombreux problèmes posés par la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur. Sur la forme (informations distillées au compte-goutte), comme sur le fond (attendus qui confirment l’instauration d’une forme de sélection à l’entrée à l’université, absence de hiérarchie des voeux, surcharge de travail pour les professeurs, négation de l’expertise professionnelle des Psy-EN), cette réforme n’est pas acceptable. Le SNES-FSU a également dénoncé les premières pistes de réformes du bac, qui ressortent des premières auditions de la commission Mathiot. Alors que le Recteur caricaturait les positions de la FSU en pointant le statu quo soit-disant défendu par le SNES, les représentants de la FSU ont remis les choses au clair, en rappelant le contenu de leur déclaration : si le bac doit être réformé, notamment pour en faire un outil qui permettrait d’achever la démocratisation de notre système éducatif, il est inacceptable que cette réforme remette en cause le caractère national, anonyme et terminal du baccalauréat.
Un vœu défendant notamment le caractère national, anonyme et terminal des épreuves du baccalauréat, demandant les moyens nécessaires pour ouvrir les places nécessaires à l’entrée dans le supérieur, a été présenté par la FSU, la CGT et FO. Le SGEN et l’UNSA se sont abstenus.

La carte des formations a également été présentée, après plusieurs groupes de travail en amont.
Dans les filières technologiques, après plusieurs années de « rationalisation de l’offre de formation » (formule pudique pour annoncer les suppressions de sections), l’heure est au maintien d’un grand nombre de divisions de filières technologiques. Mais le SNES-FSU a souhaité mettre en lumière les conditions particulièrement difficiles d’enseignement et d’étude dans la filière STMG. Les représentants de la FSU ont rappelé l’urgente nécessité de moyens supplémentaires afin que cette filière sorte de l’impasse actuelle.

La réforme des formations post-bac en arts appliqués étant pour l’instant en suspens (les textes créant les nouveaux diplômes n’ont pas été présentés en CSE), il n’y a, à ce jour, aucune modification de la carte des formations.

Les assistantes sociales doivent êtes entendues !
Depuis plusieurs semaine, le SNUASP-FSU demande à être reçu par le Recteur, afin d’exposer les problématiques particulièrement sensibles auxquelles les assistantes sociales sont exposées. La redéfinition de leurs périmètres d’intervention n’a toujours pas été traitée. Le SNES-FSU a donc appuyé cette demande et continuera à soutenir le SNUASP-FSU et les personnels, dont les missions sont si importantes, notamment dans un contexte économique et social dégradé.

Soutien à la mobilisation des agents du 78
Le projet du Conseil Départemental d’externaliser les missions d’entretien et de restauration a été dénoncé par la FSU, qui soutient la mobilisation de l’intersyndicale départementale. La FSU appelle à participer notamment aux actions du vendredi 22 décembre (grève et rassemblement devant le Conseil Départemental) Voir aussi notre article Non à l’externalisation des services de restauration et d’entretien ! Les personnels des collèges et lycées du 78 mobilisés

Les représentants de la FSU
Marie-Pierre Carlotti, Antoine Tardy et Sophie Vénétitay (SNES-FSU), Pascal Oudot et Bertrand Mesure (SNUipp-FSU), Bruno Maréchal (SNEP-FSU), Olivier Guyon (SNUEP-FSU), Patricia Braive (SNICS-FSU), Nathalie Hennequin (SNUASP-FSU), Rémy Cavalluci (SNASUB-FSU)


Documents joints

PDF - 28.3 ko