Quantcast

Elections professionnelles 2018 : Le SNES et la FSU sont toujours la première organisation syndicale dans l’académie.

vendredi 14 décembre 2018
par  Snes S3 MC

ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES 2018 :
Le SNES et la FSU restent la première organisation syndicale dans l’académie.


Remerciements
Déclaration de la FSU avant le début du dépouillement des élections à lire ici
En CTA, la FSU toujours première et en progrès
En CAPA, le SNES-FSU, toujours devant
Quand l’organisation des élections vire au fiasco démocratique

 Remerciements

Nous remercions sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont voté pour les listes SNES et FSU aux élections professionnelles. Nous avons bien conscience que les sollicitations de notre part ont été nombreuses, parfois perçues comme intrusives, mais les enjeux de ces élections (vous représenter et vous défendre pendant 4 ans) ainsi que les conditions d’organisation du vote pour le moins chaotiques (cf ci-dessous) nous ont conduits à ces nombreuses relances. Vous avez choisi de placer le SNES et la FSU largement en tête des suffrages dans notre académie, comme au niveau national. Nous vous remercions pour ce témoignage de confiance.
Soyez assurés que les élus du SNES-FSU en CAPA et de la FSU en CT, qui sont d’abord vos collègues, continueront leur travail de défense inlassable de vos droits individuels et collectifs dans les instances, en articulation avec toutes les actions et les luttes menées par ailleurs. 
Si la participation progresse légèrement par rapport à 2014, elle reste faible et en dessous de la moyenne nationale. Dans notre académie, près de 65% des personnels de l’Éducation Nationale (tous métiers confondus, premier et second degré, services administratifs) se sont abstenus. Ce chiffre témoigne aussi certainement d’interrogations sur le rôle de ces élections ou des organisations syndicales. L’Éducation Nationale n’échappe pas à la crise que traverse notre démocratie représentative
Conscients des attentes des collègues, mais aussi de leurs interrogations sur l’action syndicale telle que nous la concevons qui ont pu s’exprimer à travers ces élections, dès ce mois de janvier, nous travaillerons à analyser et travailler sur nos pratiques syndicales. Mais si bien des choses restent à construire, il reste une constante : les organisations syndicales ne sont pas des structures désincarnées, hors-sol, elles sont ce que les syndiqués en font. Alors, n’hésitez pas à nous rejoindre !

 Comité Technique : la FSU toujours première et en progrès mais...

Au CTA, la participation est en progrès par rapport à 2014 puisque près de 1200 voix supplémentaires se sont exprimées. La FSU progresse également, et capte près de la moitié de ces nouvelles voix exprimées, signant la plus forte progression en voix parmi les 11 listes présentées. Mais cela n’est pas suffisant, et dans un contexte de faible participation, cela se traduit par un recul en pourcentage, qui conduit la FSU à perdre un siège au profit du SNALC qui entre donc au CTA.
Composition du CTA : 4 sièges pour la FSU, 2 pour FO, 1 pour l’UNSA, 1 pour la CGT, 1 pour la CFDT et 1 pour le SNALC

Dans les départements, la FSU conserve les sièges obtenus en 2014 dans chaque CTSD.

78  : 4 sièges pour la FSU, 3 pour FO, 1 pour l’UNSA, 1 pour le SNALC, 1 pour le SGEN
91 : 5 sièges pour la FSU, 2 pour FO, 1 pour la CGT, 1 pour l’UNSA, 1 pour le SGEN

92 : 5 sièges pour la FSU, 1 pour FO, 1 pour l’UNSA, 1 pour le SNALC, 1 pour le SGEN, 1 pour la CGT
95 : 5 sièges pour la FSU, 2 pour l’UNSA, 2 pour FO, 1 pour la CGT

Résultats au CTA de Versailles
FSU : 36,4% des voix, 4 sièges sur 10

FSU 36,4% 4 sièges -1
FO 16,5% 2 sièges =
UNSA 13,6% 1 siège =
SGEN-CFDT 9,4% 1 siège =
CGT éduc 8,8% 1 siège =
SNALC 7,5% 1 siège +1
SUD 5,3% 0 siège =

 

 En CAPA, le SNES-FSU toujours devant

Chez les certifiés, le SNES-FSU obtient 46% des voix, et conserve une avance confortable par rapport au deuxième, FO, qui obtient 15% des voix. Suivent dans l’ordre, le SNALC (13%), le SGEN (7%), la CGT (6,6%), Sud (5,9%) et l’UNSA (3,44%). 
Le SNES-FSU stagne en voix, ce qui conduit à perdre un siège au profit de FO.

Composition de la CAPA des certifiés  : 10 sièges pour le SNES-FSU, 3 pour FO, 3 pour le SNALC, 1 pour le SGEN, 1 pour la CGT et pour Sud. 


Chez les agrégés, le SNES-FSU progresse en voix, obtient 44% des suffrages et conserve 20 points d’écart avec le second, le SNALC qui obtient 24% des suffrages exprimées. Suivent le SGEN (11%), FO (7,8%), Sud (5%), la CGT (4,8%) et l’UNSA (2,2%). Mais comme au CTA, cette progression en voix ne suffit pas, et conduit à perdre un siège. 

Composition de la CAPA des agrégés  : 5 sièges pour le SNES-FSU, 3 sièges pour le SNALC, 1 siège pour le SGEN et 1 siège pour FO.


Chez les CPE, dans une nouvelle configuration puisque le nombre de sièges de la CAPA a diminué, le SNES-FSU sort largement conforté. Dans une CAPA à 5 sièges, le SNES-FSU obtient 3 sièges, la CGT et le SGEN en obtiennent chacun un. L’UNSA n’est plus représenté à la CAPA des CPE.


Chez les PsyEN, la victoire des élections professionnelles de décembre 2017 est confirmée.
Composition de la CAPA : la liste SNES-SNuipp progresse, et obtient 3 sièges sur 5, le SGEN est en recul et obtient un siège, tout comme l’UNSA.


Les CCP des non titulaires d’enseignement et de surveillance, ont été marquées par une très faible participation, la FSU obtient 2 sièges sur 5 dans la CCP des enseignants contractuels et 1 siège sur 6 dans celle des AED et AESH.

Résultats aux CAP et CCP de Versailles pour le SNES et la FSU

CAP/CCP nombre de sièges SNES et FSU
CAPA des Certifiés 10 sièges sur 19
CAPA des Agrégés 5 sièges sur 10
CAPA des CPE 3 sièges sur 5
CAPA des Psy-EN 3 sièges sur 5
CAPA des PEGC 2 sièges sur 2
CCP des non titulaires 2 siège sur 5
CCP des AED 1 siège sur 6

 

 Vous avez dit démocratie ?


Depuis 2011, les élections professionnelles dans l’Éducation Nationale sont dématérialisées et se font sous la forme d’unvote électronique, ce que le SNES-FSU Versailles a toujours dénoncé avec force : dans les professions qui sont les nôtres, une telle modalité de vote rend la participation plus compliquée, contribue à minorer le poids des personnels d’enseignement et d’éducation dans le champ de l’Éducation Nationale, mais aussi l’Éducation Nationale dans le champ de la Fonction Publique.

L’organisation chaotique de ces élections ne peut que conforter notre analyse : ces élections ont été prises avec beaucoup de légèreté à la fois par le Ministère et le prestataire privé qui a remporté l’appel d’offre (Voxaly). Résultat, une procédure de vote qui se transforme en course d’obstacles ! Après des difficultés dans l’envoi des notices de vote, la période de vote en elle-même a été apocalyptique  : dès l’ouverture du vote, la plateforme s’est révélée pleine de failles, ce qui a conduit à une suspension du scrutin pendant près d’une journée. Des électeurs n’ont pu aller au bout des 4 votes.
Le parallèle avec un vote matérialisé permet de se rendre compte du caractère surréaliste de ces opérations : demanderait-on à des électeurs de procéder à la moitié des votes, de rentrer chez eux et de revenir quelques jours plus tard pour finir de voter ? Les correctifs apportés tout au long de la période de vote n’ont pas permis de résoudre complètement la lenteur d’envoi du mail d’ouverture des espaces électeurs ou de SMS : de nombreux collègues ont mis près d’1h pour voter ou ont fini par se décourager.

Cette séquence électorale aura viré au fiasco et l’Administration et le prestataire en portent la responsabilité à la fois pour avoir persisté dans le vote électronique, pour ne pas avoir su gérer tous les évènements qui y ont été liés et pour avoir entretenu un climat peu propice au vote et à l’exercice de la démocratie. Toutes les leçons doivent être tirées de cette pitoyable séquence électorale, il en va du respect des électeurs et de l’exercice démocratique que constitue toute élection !
Déclaration de la FSU avant le début du dépouillement des élections à lire ici


Documents joints

Déclaration préalable FSU