Mobilisation pour défendre la filière STG au lycée Jacques Monod de Clamart

mercredi 4 janvier 2012
par  Snes S2 Hauts de Seine

Le Recteur de l’Académie de Versailles a décidé de supprimer, sans aucune concertation, la filière STG dans l’établissement : fermeture des deux classes de 1re STG à la rentrée 2012 et des Terminales à la rentrée 2013.

Le lycée Monod est en grève les 3, 4 et 5 janvier.

Comme 15 autres établissements de l’Académie, le lycée Monod paye le prix d’une politique de réduction des moyens et d’appauvrissement de l’offre éducative.
Attractives et voie de réussite, cette filière garantit pourtant la mixité sociale et scolaire de l’établissement.
Un allègement des effectifs est invoqué par le Rectorat pour justifier cette mesure ; or cette suppression étant compensée par la création d’une nouvelle classe de Seconde à la rentrée 2012, le gain en effectif sera inexistant. Cette décision va surtout pousser les élèves à renoncer à cette orientation.
Réunis en Assemblée générale le 15 décembre 2011, les professeurs ont décidé d’organiser un front du refus : les élèves, les trois fédérations de parent d’élèves et la Mairie de Clamart les ont rejoints. Les élèves ont organisé un blocus le vendredi 15 décembre. Une pétition a été mise en ligne :
http://www.petitions24.net/petition_contre_la_fermeture_de_la_filiere_stg_au_lycee_monod.

Dans l’urgence, le Rectorat a organisé une audience la veille des vacances. La faiblesse de l’argumentaire de l’administration (IA adjoint du 92 et responsable des formations techniques au Rectorat) a confirmé que cette suppression était d’abord envisagée comme un moyen, à très court terme, d’apporter une solution d’urgence au problème de la montée des élèves de 3e en Seconde sur le secteur du lycée. Ce problème n’est pas récent, des possibilités d’affectation sur les lycées environnants ont déjà été mises en œuvre et en aucun cas la suppression des STG ne peut être avancée comme une solution pour résoudre l’augmentation de la population des collèges et du lycée sur les communes de Clamart et surtout de Chatillon.

Face à la brutalité et à l’injustice de cette décision, les professeurs ont été en grève le mardi 3 janvier et ont organisé les actions suivantes :

  • venue du Maire de Clamart, Philippe Kaltenbach, de l’adjoint au maire chargé des affaires scolaires, Dominique Meier et de la Conseillère Générale Martine Gouriet au lycée. Ils ont échangé avec les professeurs réunis en AG et nous ont apporté leur soutien.
  • échanges avec les délégués des élèves.
  • rencontre avec les trois fédérations des parents d’élèves qui se joignent à notre mobilisation.
  • présence d’une journaliste du Parisien
  • Tournée des collèges de Clamart et Chatillon et au lycée du Plessis Robinson et de Chatenay Malabry pour informer les collègues.
  • Réunion à 18h avec des parents d’élèves et les élus qui avaient été reçus dans la journée par l’IA et le Recteur.
    Les professeurs réunis en AG mardi 3 janvier ont décidé de reconduire la grève mercredi et d’organiser la journée de mobilisation du 4 janvier : rassemblement devant le Rectorat et demande d’une audience au Recteur.

Les enseignants, les parents d’élèves, les élèves et les élus restent solidaires et déterminés pour défendre un lycée de proximité et de mixité scolaire et sociale. Ils tiennent à rappeler fermement que la question de la montée des effectifs de 3e en Seconde ne justifie pas la suppression des STG. Les effectifs pléthoriques du lycée resteront un problème en implantant une 14e classe de Seconde (et pourquoi pas une 15e à la rentrée 2013 ?). Supprimer la filière STG irait d’abord à l’encontre de la réussite de bon nombre d’élèves scolarisés en Seconde.

Carole Condat (S1 au lycée Monod de Clamart)